Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 
 
 
lobes couverts de pycnides et pycnidioconidies dans l'encadré
 
 
 
 

Anaptychia ciliaris (L.) Körb. ex A. Massal. subsp. ciliaris - [-ID 1-]

Photos 1-3 Jean-Pierre Gavériaux  - Session AFL Hérault 2010 - Vaucluse - (84) -
Photos 4-6 Olivier et Danièle Gonnet - 10/12/2015 - Savas, suc de Clava, 580 m - Ardèche - (07) -
Photo 7 Françoise Drouard - 2018 - sur Salix - Combloux, le Pessey - Haute-Savoie - (74) -
Photos 8-9 Serge Poumarat - 2009 - Pyrénées-Orientales - (66) -
Photos 10-12 Jean-Michel Sussey - 24/6/98 - Éteaux - Haute-Savoie - (74) -


 

Ascomycota - Lecanoromycete - Caliciales - Physiaceae
 
 

Thalle : fruticuleux, jusqu’à 10 cm de Ø, se joignant souvent à d’autres thalles pour couvrir de grandes surfaces (30 cm), gris ± foncé (plus foncé dans les zones bien éclairées), lanières étroites (jusque 3 mm de large) et distinctement séparés, ± canaliculées, réticulées,  marges avec de longs cils gris à noirs. Pas de cortex inférieur et pas de rhizines (fixation au support très faible). Face supérieure de gris clair à gris foncé mais verdissant bien à l’eau, pubescente, face inférieure blanche. Pas d’isidies, ni de soralies.

Les hyphes du cortex supérieur (structure prosoplectenchymateuse) sont parallèles à la surface (perpendiculaires chez les Physcia et les Physconia).

Photosymbiote : algue verte autre que Trentepohlia.

Chimie : R-.

Apothécies : fréquentes, nombreuses, stipitées, jusqu’à 5 mm de Ø, disque bleu-noir souvent pruineux, marges crénelées, ascospores brunes à une cloison, 40-45 x 18-24 µm, de type Physconia. Les lobes présentent parfois des pycnides en forme de petites verrues, noires ; Pycnidioconidies bacilliformes, hyalines, droites, 3-5 x 1-1,5 µm.

Habitat : corticole sur feuillus plutôt solitaires en situations ouvertes ; rarement sur roches calcaires. Dans des stations bien éclairées, sur des arbres isolés, même exposés au soleil ou dans des forêts très claires, nécessite une bonne qualité de l’air pour se développer.

Espèce commune, de l’étage adlittoral et mésoméditerranéen à l’étage subalpin, optimum au supraméditerranéen.

 

Remarque : Anaptychia crinalis, montagnard, surtout sur résineux, serait peut-être un taxon infraspécifique ou un morphotype d’Anaptychia ciliaris (Roux et coll. 2017).

 

Étymologie : Anaptychia vient du préfixe « ana » = en haut et du grec « ptycho » = pli (allusion sans doute à la structure stratifiée du thalle) / ciliaris vient du latin « cilium » = cil et du suffixe latin « aris » = relatif à, pourvu de cils, cilié [données Jean-Michel Sussey].

 

Synonymes : Anaptychia ciliaris f. verrucosa (Ach.) Boistel, Parmelia ciliaris (L.) Ach., Physcia ciliaris (L.) DC., Physcia ciliaris f. verrucosa (Ach.) Boistel ; incl. Anaptychia ciliaris f. melanosticta (Ach.) Harm., Anaptychia ciliaris subsp. mamillata (Taylor) D. Hawksw. et P. James 

 

Photos complémentaires sur le site de Serge Poumarat : [Lichens de Catalogne]

 

Cette espèce a fait l'objet de l'une des 16 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2019-2 par Jean-Michel Sussey

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]