Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 

 

 

Acarospora glaucocarpa (Ach.) Körb. var. glaucocarpa -  [-ID 4-]
=
Acarospora castaneaAcarospora cervina var. glaucocarpa = Acarospora theobromina
= Lecanora castanea = Urceolaria castanea

Photos 1-3 Serge Poumarat - 2017 - Hautes-Pyrénées - (65) -
Photo 4 Olivier et Danièle Gonnet - 24/10/2016 - Bief de la Ruine, Foncine-le-Haut, 920 m - Jura - (36) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Lecanorales - Acarosporaceae
 

Thalle : généralement non clairement délimité, non lobé au pourtour, formé de squamules non (ou à peine) pruineuses, de 0,5-4 mm, brunes (jamais très foncé, parfois brun verdâtre ou grisâtre), éparses ou groupées, de formes irrégulières, non anguleuses, parfois un peu lobulées, à surface irrégulièrement ondulée, souvent imbriquées, avec le rebord blanchâtre.

Photosymbiote : algue chlorococcoïde. La couche algale est discontinue et irrégulière.

Chimie : R-.

Apothécies : 1-4 par squamule, pruineuses et saillantes, à rebord épais et saillant, habituellement à disque un peu plus foncé que la squamule, recouvrant une grande partie ou presque toute la surface de la squamule. Asque contenant 100-200 spores. Spores 4-8 x 1,5-3 µm, longuement ellipsoïdales.

Habitat (selon Claude Roux et coll.) : saxicole, sur rochers et blocs plus ou moins calcaires, dans des stations moins exposées et notamment moins ensoleillées que celles de la var. cervina, laticalcicole, basophile, mésophile, astégophile ou faiblement stégophile, photophile ou modérément héliophile, héminitrophile. De l’étage supraméditerranéen à l’étage alpin. Ombroclimats subhumide et humide.

 

Remarque : plusieurs variétés sont décrites par Claude Roux.

- Acarospora glaucocarpa var. glaucocarpa a des squamules irrégulières, imbriquées, non anguleuses, brunâtres ou verdâtres, non pruineuses ; apothécies ordinairement pruineuses. Assez commun. De l’étage supraméditerranéen à l’étage alpin.

- Acarospora glaucocarpa var. cervina, très étendu, possède de grandes squamules, plus ou moins arrondies, brun chamois assez clair, pruineuses sur le bord, et des apothécies, peu nombreuses, brun rouge, très lisses, non pruineuses. Commun. De l’étage mésoméditerranéen à l’étage subalpin.

- Acarospora glaucocarpa var. conspersa possède un thalle réduit, presque limité au bord thallin blanchâtre des apothécies, et celles-ci à disque brun rougeâtre, ordinairement pruineux, recouvrent presque toute la squamule. Assez rare, non méditerranéen. De l’étage collinéen à l’étage alpin.

 

Bibliographie :

- Roux Cl. et coll., 2017. Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 2e édition revue et augmentée (2017). Édit. Association française de lichénologie (A.F.L.), Fontainebleau, 1581 p.

- Roux Cl. et coll., 2019. La Acarosporaceae de Okcidento Eŭropo. Bull. Soc. linn. Provence, t. 70 : 101-167. Pdf disponible sur le site de Cl. Roux.

 

Photos complémentaires sur le site de Serge Poumarat : [Lichens de Catalogne]

 

Cette espèce a fait l'objet de l'une des 16 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2019-1 par Jean-Michel Sussey

 

Clé très simplifiée pour la détermination des principales espèces du genre Acarospora (JP Gavériaux)

 

- Thalle formé de compartiments fortement adhérant au substrat par une grande partie de leur face inférieure, ils peuvent être considérés comme une forme de transition entre thalles crustacés et thalles squamuleux. Ces squamules sont arrondies lorsqu’elles sont dispersées, ± anguleuses quand elles sont contiguës. On parle souvent de thalle aréolé-squamuleux.

- Les apothécies sont nombreuses, parfois peu visibles car mal développées, en nombre égal sur chaque squamules quand celles-ci sont dispersées, plus abondantes au centre que sur les bords (parfois absentes sur les squamules périphériques) lorsqu’elles sont contiguës ; punctiformes au début, ± étalées à maturité. Spores simples et incolores ; leur nombre peut atteindre plus de 200 à 300 par asque.

- Les Acarospora sont généralement saxicoles, rarement calcicole, souvent nitrophiles.

- Clé détaillée des Acarasporaceae d'Europe occidentale sur le site de Claude Roux : PDF (60 pages).

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]