Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL




 
 

Caloplaca marina (Wedd.) Zahlbr. ex Du Rietz

Photos du haut Olivier Gonnet (sur paroi rocheuse du littoral - Session AFL 2007 - Finistère - 29)
Autres photos  F. Guilloux et M. Bertrand  (rochers du littoral - île d'Yeu - session AFL 2009 - Vendée (84)


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Teloschistales - Teloschistaceae
Thalle
: crustacé, en plaques ± orbiculaires, de jaune orangé à rouge orangé, ayant ou non de très petits lobes au pourtour (0,1-0,3 mm), peu visibles, continus sur une bande de 0,5 à 1,5 mm de large, aréolé, boursouflé, irrégulier par les apothécies. Hypothalle jaune clair ou blanchâtre parfois visible à la périphérie.

Photosymbiote : algue chlorococcoïde.

Chimie : Thalle et apothécies K + pourpre.

Apothécies : fréquentes, (0,2-1,2 mm), concolores au thalle ou orangé foncé, d’abord enfoncées dans le thalle puis franchement saillantes. Spores par huit, polariloculaires, incolores, de 10-18x4-8 µm avec avec épaississement équatorial d'une longueur égale au 1/3 de la longueur de la spore. Apex des paraphyses dilatés (3-5 µm de Ø).

Habitat : Saxicole, plutôt calcifuge, mais se trouvant aussi sur calcaire. Maritime, du nord au sud de l'Europe. dans la zone des embruns, à l'étage supralittoral comme Verrucaria maura et Caloplaca thallincola.

 

Remarque de Jean-Michel Sussey

Sur les mêmes sites marins on trouve plusieurs Caloplaca rouge orangé tels :

- Caloplaca littorea qui possède des isidies.

- Caloplaca microthallina dont le thalle est formé de granulations dispersées, parasite de Verrucaria maura.

- Caloplaca scopularis forme des thalles en rosette souvent confluentes, distinctement lobé au pourtour, et a des spores à épaississement équatorial supérieur au 1/3 de la longueur de la spore.

- Caloplaca thallincola qui possède des lobes longs et étroits en forme de doigts a des spores plus ou moins rhomboïdales. Il est également parasite de Verrucaria maura.

 

Caloplaca marina partiellement recouvert par un jeune thalle de Caloplaca thallincola

 

Remarque de Jean-Yves Monnat - Un Caloplaca peut en cacher un autre !

Sur la photo 4, de Françoise Guilloux, en haut à gauche, un jeune thalle de Caloplaca, à bords distinctement et profondément lobés, orangé plus clair, recouvre partiellement le thalle de Caloplaca marina. La morphologie externe de ce thalle recouvreur, rappelle celle de Caloplaca thallincola ou Caloplaca scopularis ; seul l'examen des spores permet de préciser l'espèce avec certitude (voir remarque précédente).

 

 

[Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]