Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 

Caloplaca cerinelloides (Erichsen) Poelt - [-ID 4-]
= Caloplaca pyravea var. cerinelloides

Photos 1-5 et texte Olivier et Danièle Gonnet - 8/11/2016 - Brives-Charensac - Haute-Loire - (43) -
Photo 6 et texte Jean-Michel Sussey - 24/7/2018 -
Chamonix, Argentière - Haute-Savoie - (74) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Teloschistales - Teloschistaceae

 

Thalles : crustacé épisubstratique, non lobé au pourtour, très discret, peu visible, aréoles ou granules jaunes ou jaune verdâtre ± visibles.

Photosymbiote : trébouxioïde.

Chimie : thalle K-, apothécies K+ pourpre.

Apothécies : 0,2-0,5 mm de Ø, nombreuses ± groupées, sessiles, rondes ± régulières, de couleur jaune orangé, disque plat à ± convexe, marge concolore au disque. peu visible et disparaissant rapidement.

Microscopie : épithécium jaune orangé, hypothécium incolore, paraphyses à apex 3-6 µm ; spores polariloculaires hyalines, 10,2-12,5 x 5,4-6,1 µm, épaississement équatorial 6-7 µm.

Habitat : espèce corticole, sur troncs ou grosses branches d’arbres à feuillage caduque, isolés ou dans des forêts claires. Dans des stations à air ambiant plus ou moins humide, bien éclairées et même exposées au soleil. Rare. Étages collinéen et montagnard.

Espèce rare, patrimoniale d'intérêt national, en danger critique d'extinction.

 

Étymologie : Caloplaca vient du grec « calo » = beau et du grec « placa » = plaque / cerinelloides vient du latin « cerinus » = couleur de cire, du suffixe latin « ella » = diminutif et du suffixe latin « oides » = qui a l’apparence de (qui ressemble à Caloplaca cerinella).

 

Remarques

- Caloplaca cerinella, très proche, a des asques contenant de 12 à 16 spores.

- Calopolaca skii, très proche également, a un rebord thallin blanc jaunâtre bien visible chez les jeunes apothécies mais qui disparaît ensuite ; ses spores sont plus étroites (5 – 6 µm) avec un épaississement équatorial de 5 – 6 µm ; il préfère les zones côtières.

- Caloplaca cerinelloides (Erichsen) Poelt. est devenu Athallia cerinelloides (Erichsen) Arup, Froden & Sochting, Arup et al. 2013, cependant les lichénologues n’étant pas tous d’accord, nous maintenons pour l’instant le nom de Caloplaca. Le mot de genre Athallia signifiant « sans thalle » (allusion au fait que son thalle est pratiquement inexistant ou très peu visible).

 

Bibliographie :

- Roux Cl. et coll., 2017. Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 2e édition revue et augmentée (2017). Édit. Association française de lichénologie (A.F.L.), Fontainebleau, 1581 p., page 186.

- Wirth et all., 2013, Die Flechten Deutschlands, tome 1, pages 274 et 295.

 

Cette espèce a fait l'objet de l'une des 16 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2019-2 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]