Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
Lobes isidiés (x30)
Thalle humide
Microscopie : thalle vu de dessus
Microscopie : thalle vu en coupe (3 cellules de Nostoc dans l'encadré)

Les cellules du Nostoc ne sont pas disposées en chainettes

Scytinium teretiusculum  (Wallr.) Otálora, P.M. Jørg. et Wedin = Leptogium teretiusculum - [-ID 4-]

Photos Olivier Gonnet - novembre 2015 - St Prejet Armandon - Haute-Loire - (43) -
Texte de Jean Vallade


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Peltigerales - Collemataceae
 

Thalle : initialement squamuleux, mais à ramifications qui peuvent former des coussinets avec des amas de rameaux cylindriques brun-noir.

Lobes (0,5-0,8 mm de haut) coralloïdes, très denses, brun foncé, entièrement paraplectenchymateux, avec Nostoc non groupé en chaînettes. Les formes récoltées sur petites pierres calcaires se présentent sous forme de thalles jeunes, en forme de coussinet constitué de lobes aplatis adhérents au substrat, thalles se recouvrant ensuite de minuscules lobes ascendants considérés comme des isidies.

Photosymbiote : cyanobactérie (Nostoc), non groupées en chaînettes, cellules de 4-6 µm de Ø.

Chimie : R-.

Apothécies : non observées ; exceptionnelles selon la littérature, faciales ou terminales sur les rameaux, de 0,5 à 1,5 mm de diamètre, avec disque de concave à plat, spores hyalines, murales, 22-31 x 8-11 µm.

Habitat : sur substrats divers, roches, bois, écorce (rarement terricole ou muscicole), peu commun, jusqu'à l'étage montagnard supérieur.

 

Bibliographie :

- Clauzade G. et Roux C., 1985 - Likenoj de Okcidenta Eŭropo. p. 498.

- Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine de C. Roux et coll., 2014, aux éditions des Abbayes, pages 1086, 1088 et 1089.

- Wirth et all., 2013, Die Flechten Deutschlands, tome 1, pages 692 et 697.

- Nordic Lichen Flora, vol. 3, Cyanolichens, 2007, Teuvo Ahti et al., 219 pages.

- Vallade J., 2019. Clé de détermination des espèces du genre Scytinium, bull. Ass. fr. de Lichénologie, vol. 44 (2) : 137-184.

 

Remarque de Jean Vallade : Cette espèce mériterait une étude plus approfondie (notamment moléculaire) pour faire la clarté sur les diverses formes observées. Elle est susceptible d’héberger plusieurs espèces de champignons lichénicoles (dont Didymellopsis pulposi et Obryzum corniculatum). Les très nombreuses récoltes effectuées en Côte-d’Or n’ont pas permis de trouver des échantillons fertiles.

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]